Ce besoin d’enfant je crois que nous le ressentons toutes un jour dans notre vie, plus ou moins longtemps et plus ou moins fortement.

–>  » Je veux un enfant maintenant !!! »

Pour ma part, il est apparu à l’été 2013 et n’a cessé d’augmenter au fil du temps puis devenir insoutenable au fur et à mesure des échecs durant ce parcours de PMA.

C’est en effet une part importante de notre vie et pour que ce chagrin, cette frustration qu’il engendre soit si intenses c’est que son origine en est profonde, archaïque et complexe.

Au niveau archaïque pour commencer, nous sommes passés de beaucoup de bébés par femmes à beaucoup moins au fil du temps. Le contrôle des naissances à partir du XXè siècle a été une révolution car on a glissé vers des grossesses non désirées à des grossesses tellement espérées et même parfois trop contrôlées.
Au niveau de la complexité maintenant, cela est dû à la société de consommation qui nous a donné de mauvaises habitudes. Nous gérons difficilement le manque, la frustration et la patience. Nous sommes habitués à satisfaire nos désirs et nos besoins à n’importe quel prix et le plus rapidement possible.

–> « Pourquoi est ce si profond? ancré en nous?? »

On peut l’expliquer par le fait que notre corps est fait pour produire et nous reproduire. Nous souffrons donc ne pas pouvoir faire perpétuer notre espèce, c’est comparable à l’instinct animal. C’est l’histoire de l’humanité: nous sommes attirés par une personne pour laquelle nous aurons de bonnes chances d’obtenir une descendance avec les meilleurs atouts génétiques de survie.  Nous ressentons cet échec comme une honte qui nous exclue de ce groupe d’humains qui a des enfants.

Il est intéressant de noter que seuls 5% des français choisissent de ne pas avoir d’enfant, c’est donc une part minime de notre société.