Pourquoi ce livre?

Ce livre a été écrit par Amandine Forgali qui a également écrit un tome deux sur le même principe avec encore plus de conseils et remarques toujours plus cocasses les unes que les autres. Je me suis dit que c’était le bon moment en cette période de fête et de début d’année (avec les bonnes vieilles résolutions) de vous faire découvrir ce livre. Il se lit super vite, il  y a des dessins à chaque fois avec pas mal de dessins qui illustrent en fait à chaque fois des choses à ne pas dire aux infertiles, comme elle le dit. Elle en dit exactement soixante et onze. Elle met la phrase et à chaque fois il y a une illustration qui est plutôt sympa.  On n’a pas besoin d’être concentré, c’est vraiment un livre détente donc je pense que c’est parfait pour ces fêtes de Noël si vous avez envie de vous détendre un peu et l’offrir à quelqu’un de votre famille. Comme elle le dit très bien sur la quatrième de couverture dans son résumé : « Chers amis non infertiles, on ne vous donnera pas ici la recette d’une discussion idéale à avoir avec un infertile mais vous saurez grâce à ce livre, tout ce qu’il ne faut surtout pas lui dire. Attention, déconseillé aux infertiles de l’humour. ». J’adore ! j’adhère !

Mes Remarques préférées !

1)Pour vous l’illustrer un peu, je vous ai relevé des conseils qui ont été vraiment évocateurs et plein de sens pour moi. Par exemple le conseil numéro treize, c’est « Arrête d’y penser ». Elle l’illustre avec un petit dessin et elle met des discours qu’on lui a tenu ou des échanges qu’elle a pu avoir avec des gens en général. Donc effectivement, « Arrête d’y penser », c’est le truc qu’on nous dit tout le temps. Mais comment arrêter d’y penser quand on se fait tous les jours des piqûres, quand on a constamment des rendez-vous et que notre projet c’est d’avoir un enfant ? Je ne vois pas comment c’est possible d’arrêter d’y penser donc moi ce conseil, on me l’a tellement dit et il me saoulait tellement… Enfin je pense que tout le monde l’a entendu non?!

2) Alors un autre conseil enfin une remarque plutôt : « Vous ne vous trompez pas de trou ? ». Moi, je me rappellerais toujours quand les amis de mon conjoint, un jour, lui avaient dit « Ben alors, vous avez toujours pas d’enfant ? T’as pas trouvé le bon trou ou quoi ? ». Donc voilà, sur le coup ça fait mal, on se prend ça en pleine face mais ils n’étaient pas au courant justement de notre parcours encore alors que faire? on a ri jaune tous les deux, c’était un peu gênant.

3) Un autre conseil, « Pars en vacances ». Je ne sais pas si on vous l’a dit aussi?! Et moi, je me rappellerais toujours d’une discussion avec ma grand-mère, un jour où on a un peu évoqué toutes nos difficultés à avoir un enfant et elle m’a dit: « Tu sais, essayes de partir en vacances, ça te permettra de te changer les idées ». Bon elle n’avait pas tort, ça nous aurait permis de se changer les idées mais pour moi, j’étais tellement en colère, en plus à cette période-là,  je l’avais vraiment mal  pris en lui disant que c’était un projet de vie d’avoir des enfants.. A cette époque, je me disais que ce n’’était pas parce qu’ on partait en vacances que ça y’est, par magie, à notre retour, tout irait mieux. Avec le recul, j’ai pu m’apercevoir que  pendant les vacances ce qui est bien, c’est que ça nous permet de couper, de penser à autre chose, de ne plus être dans son quotidien et son planning rythmé par les piqûres et rendez vous médicaux. Je pense que c’était des paroles bienveillantes d’une mamie qui ne savait pas trop quoi me dire mais sur le coup, c’était difficile de l’entendre.

4)Aller un autre conseil:  « Au lieu de te plaindre, profites de tes grasses matinées, moi j’en rêve. » avec un petit dessin très évocateur . Ce conseil-là, tu voudrais bien sacrifier toutes tes grasses matinées juste pour avoir ton enfant en fait. Ces gens-là, ils comprennent pas. Bon après ils sont dans leur quotidien, ils ne dorment plus, ils sont fatigués mais toi, t’es prêt à ne plus avoir de grasses matinées et avoir ton enfant. Etant maman aujourd’hui, je comprends mieux cette remarque mais je ne me permettrai jamais de la dire quand même.

5)Ah oui un autre conseil qui m’a rappelé ma mère. « Ce n’est pas grave si tu ne peux pas me donner des petits-enfants, ton frère m’en a déjà donné trois. ». Ca m’a rappelé ma mère un jour quand je lui avais dit que je n’arrivais pas à avoir d’enfant: « Oh mince, je voulais tellement avoir des petits-enfants et  être mamie pour mes cinquante ans. ».  Oh mince, la pauvre, mais moi sinon être maman, mon ressenti on en parle ?Ca m’avait un peu peinée quand même.

6)Une autre remarque, « J’aimerais pas être comme toi ». Moi ça rappelée une fois quand j’avais annoncé à des amies que je n’arrivais pas à avoir d’enfant. Elles avaient toutes de la peine et il y en a une spontanément, qui m’a dit « Anh ! Mais c’est la pire des mes hantises,vraiment depuis que je suis plus jeune, c’est la chose qui me fait le plus peur. » BAM aussi et sur le coup ça m’a fait mal. Je me suis fait la remarque intérieurement évidemment qu’en fait je pense que c’est la hantise de toutes les femmes. On a toute envie, enfin la plupart des femmes, ont envie d’avoir un enfant, c’est notre instinct maternel et je me le suis pris en pleine tête. Mais je pense que vous aussi,vous avez dû l’entendre.

7)La dernière petite remarque que j’ai noté, c’est tout à fait d’actualité c’est « Bonne année, bonne santé et surtout un bébé dans l’année. ». Je vais vous écrire ce qu’il y a sous ce dessin: ” Les fêtes de fin d’année, voilà un moment bien pénible à vivre pour l’infertile. D’abord il y a Noël, cette fête si magique, si joyeuse où tout n’est que partage, amour, cadeaux, sapin, la fête des enfants quoi. Cette fête qu’on aimait tant autrefois et qu’on se disait les yeux plein d’étoiles « Un jour, ce sera mon bébé qui ouvrira ses cadeaux. Un jour je serais la plus heureuse des mamans. ». Mais c’est en fait cette fête, qu’on supporte plus, car les étoiles dans les yeux ont laissé des places aux larmes et on se dit : « Quand viendra-t-il ce moment à moi ? Viendra-t-il un jour au moins ? Ou serais-je condamnée à n’être toujours que la spectatrice du bonheur des autres ? ». J’ai publié un article  récemment  où j’évoquais Noël 2015 je crois, le 25 au matin, on était tellement mal avec mon conjoint, vraiment  au plus mal. On a pleuré une bonne partie de la matinée dans le lit, c’était horrible. Parce que ça nous rappelait tellement cette fête de Noël, la fête des enfants et nous on avait l’impression d’être “comme des cons”, désolé pour l’expression mais c’était vraiment notre ressenti, on se sentait vide et sans enfants à admirer ouvrir leurs cadeaux. Oui on a des neveux et nièces mais ça ne remplace pas, ta profonde envie que ce soit ton enfant à toi. C’est vraiment la fête des enfants comme ils disent et c’était horrible. Et après on a fini quand même par se lever du lit et essayé de faire bonne figure devant tout le monde, mais on avait le cœur en miettes. C’était un des moments vraiment les pires je crois, un des pires moments dans ce parcours. Il y a aussi le premier de l’an comme ils disent. Cette fête où tout le monde souhaite le meilleur à tout le monde. Alors oui bien-sûr, nous aussi on souhaite un bébé dans l’année mais ce qu’on souhaiterait également, c’est que tout le monde cesse de remuer ce foutu couteau dans cette foutue plaie ce jour-là. Dites-nous plutôt « Bonne année et plein de bonnes choses pour toi », ça passera nettement mieux et elle rajoute :” S’il vous plait les gens, essayez au moins cette fois d’être moins maladroits. À défaut de rendre le sourire à vos amis, vous leur mettrez du baume au cœur. C’est tout à fait ça. Pareil pour le premier de l’an.

Voilà, donc courage à toutes pour ces périodes de fête. Si vous n’avez pas ce livre encore, vous pouvez le commander. Ça vous fera du bien je pense, de voir toutes les remarques . Moi à chaque page que je tournais les pages je me disais « Anh ! Mais oui on m’a déjà dit ça. Ah mais ça aussi. Ah c’est insupportable. » et on se reconnait vraiment dans ce livre. Il est vraiment facile à lire. Vous pouvez aussi l’offrir à quelqu’un si vous voulez, pour faire passer subtilement le message…Quelqu’un qui vous gonfle avec ses réflexions…
–> Dites-moi ce que vous avez pensé, si ça vous donne envie de l’acheter et si vous l’achetez là, faites-moi un retour. Ça pourrait être sympa de partager la lecture, savoir si ça vous a détendu ou pas.